Tweets de @lmpduquaire

ASSURANCE VIE

L'assurance vie : un placement plébiscité

Le taux particulièrement bas du Livret A a redonné toutes ses lettres de noblesse à l'assurance-vie, qui est depuis plusieurs années le placement préféré des Français. Et pour cause : avec des taux de rendement bien plus intéressants, on est loin du taux du livret A qui plafonne depuis le 1e août 2015 à 0,75%.

De ce fait, l'assurance-vie se porte bien, et LMP Duquaire Conseil vous propose de bénéficier de son conseil pour choisir l'assurance vie qui corresponde le mieux à vos besoins et à vos attentes, en raison de la grande diversité des supports et des assureurs. 

L'assurance vie est le placement préféré des Français devant l'immobilier (sondage OpinionWay réalisé en octobre 2014). L'assurance-vie reçoit près de 40% des placements financiers des Français, champions du monde de l'épargne ! Les Français sont en effet le second pays d'Europe derrière le Royaume-Uni, avec en 2014 quelques 1 515 milliards d'euros déposés sur leurs assurances vie. Cela représente tout de même 17,5% du total des sommes investies en assurance-vie en Europe (donnée de 2012).

Mode de calcul du taux de l'assurance vie

Chaque assureur est libre de fixer le taux de rémunération d'une assurance-vie : en 2014, il n'était pas rare de voir des rémunérations dépasser les 3,5%.

Pour définir ce taux, les assureurs s'appuient sur les taux d'intérêts : le taux de l'Euribor 12 mois (à 0,3% fin 2014) et le taux moyen d'emprunt d'Etat (0,98%).

Les contraintes de l'assurance-vie

Mais au-delà de sa rentabilité, l'assurance-vie réserve aussi quelques contraintes, surtout si l'on souhaite profiter des réductions fiscales dont on ne peut bénéficier que sous certaines conditions. Outre les prélèvements sociaux auxquels sont soumis les intérêts (15,5% depuis 2012), il faut savoir que les intérêts sont soumis à l'impôt à l'occasion du rachat de l'assurance-vie.

Il faut donc être en mesure d'attendre 8 ans pour maximiser le rendement de son assurance-vie, au risque de devoir verser une grande partie des intérêts perçus aux impôts :

  • 35% pour un retrait avant la fin de la quatrième année
  • 15 % pour un retrait entre quatre et huit ans.

Néanmoins, il faut également savoir que certaines situations personnelles permettent de sortir de l'assurance-vie sans être impacté fiscalement : licenciement, invalidité... 

Une question ? Un conseil ? N'hésitez pas à nous contacter par téléphone ou bien via le formulaire en cliquant sur le bouton : Contactez-nous